Je blogue au Canada

Voyager, c’est bien utile, ça fait travailler l’imagination (L.-F. Céline)

Amen

Classé dans : Non classé — 2 juillet, 2011 @ 3:29

Dieu existe. Oui. Ce n’est pas une lubie spirituelle de ma part basée sur la rencontre mystique d’un muffin représentant la résurrection du grand chevelu ; non : ici, je vous parle de concret, de rationnel. J’ai des preuves (faites bien une pause de 10 secondes entre chaque mot pour renforcer l’effet dramatique de la phrase. Merci.).

Cela m’est tombé dessus totalement par hasard (sans douleur, merci (amis du jeu de mots, bonjour)). Au supermarché. Quel endroit plus basique et plus inhabituel que le supermarché pour se convertir à la Parole Sacrée du Très-Haut ? Déjà, j’aurais dû avoir un doute : des anges, dans une lumière éclatante, lançant des paillettes dorées ? des nonnes en freestyle dans les rayons ? Mais non, que diable, nous sommes dans le concret, vous dis-je : ils ont des caddies qui roulent. Même pas besoin de forcer. D’un doigt, tu peux les diriger. Juste la classe. Vous êtes déçus, là, je le sens. Rassurez-vous : le meilleur est venir.

J’arpentais d’un pas consciencieux les allées nombreuses et variées de cette antre québécoise de la nourriture, à la recherche du menu de la semaine : en gros « mais où ont-ils foutu les pizzas ?! ». En plein dans ces considérations diététiques, j’aurais pu passer à côté de la révélation. Imaginez l’angoisse ! Je ne sais ce qui a attiré mon attention, et en fait, c’est pas ça le plus important. Ce qui compte, c’est que ici, à Montréal, au Québec, à plus de 5000 km de la Lointaine Belgique, il y a…du Nutella ! Oui ! Du Nutella, les amis ! Le truc impensable !!! Du Nutella ! J’en reviens pas. C’te truc de barge !

Et vous pensez que c’est fini ? Faut pas déconner ! Le Nutella, c’est le pied total, mais il y a mieux. Comment est-ce possible, me direz-vous, lecteurs accros à l’adrénaline des scoops de derrière les fagots ? Tout simple : la Sainte Trinité au grand complet. Genre comparer ça à Arthur qui découvre le Graal, c’est comme Martine à la mer vs. la Collection Complète des Oeuvres du Grand Stephen King. Car, croyez-moi ou non (c’est votre vie, hein !), il y a ici même à Montréal, etc., etc., du Nutella, donc, ET du Nesquick (avec le lapin, et tout et tout) ET du Côte d’Or (même celui au lait-noisettes, genre le truc ultime pour prendre son pied gustativement parlant).

Ceci était donc le dernier article de ce long blog. Là, je vais me repaître de toute cette graisse, et je suis pas sûre de vouloir en sortir un jour !

6,2 pieds

Classé dans : Non classé — 1 juillet, 2011 @ 2:25

Voilà, comme ça, je saurai quoi répondre quand on me demandera encore en pleine rue combien je mesure. C’est pas que j’ai pas l’habitude : dans la Belgique lointaine aussi, ça en interpelle plus d’un, cet amas de centimètres qui se déplace. Mais généralement, ils attendent que je leur aie adressé la parole avant de poser cette question qui les turlupine tant (signes reconnaissables : leur visage est tout crispé, en attente du moment idéal, leur bouche n’est plus qu’un rictus, l’éclat du sniper fou brille dans leurs yeux). « Mais vous êtes grande » : wouha, sans blague ?! Champagne pour tout le monde, braves gens : cet homme vient de révolutionner l’espèce humaine. Son sens inné de l’observation a fait avancer les découvertes scientifiques d’un pas…de géant ! :) Après la nécessaire demande précise du nombre de centimètres qui viennent effectivement concrétiser cette imposante grandeur, deux solutions : ou bien je suis plus grande que « Machin, mais si tu sais, le filleul du fils de l’oncle de la soeur du beau-frère du charcutier de la place Saint-Jean » ou bien je fais « forcément du basket » (et dans ces cas-là, qu’est-ce que j’aimerais avoir une passion démesurée pour le mini-golf ! ^^).  Bref, je ne me plains pas : moi c’est ça, d’autres sont petits, manchots ou pas de la « bonne couleur ». Chacun sa merde.

Mais tout ça a en fait un but (j’y arrive…) : la transposition outre-Atlantique de cette même réflexion. Ici, pas de préambule, pas de préparation avant l’attaque : tout se fait dans l’instant, histoire de bénéficier de l’effet de surprise. Deux employés dans un magasin, un monsieur dans la rue, une dame dans une église (pardon, une basilique) : pour une après-midi, c’est déjà pas si mal ! Autant avec mon « 1m89″ je m’en tire bien par chez nous, autant ici, c’est pas la joie. Du coup, chacun y va de sa petite estimation : « oh, bien 6 ou 7 pieds », « 6.5 ? », « et ton petit ami, il est grand aussi ? ».

L’avantage, c’est qu’on n’a même pas le temps d’être vexé : question-réponse-départ = 30 secondes au bas mot. Un peu comme si on demandait l’heure. Naturel et léger. Et dit avec un accent qui excuse tout. ;)

[Je suis capricieuse : pas du tout envie de jouer au guide touristique ce soir ! ^^ Si vous voulez en savoir plus sur le programme du jour, c’est par là que ça se passe : Basilique Notre-Dame, Vieux Montréal, Port, Compagnie de la Baie d’Hudson ]

BXL – MTL

Classé dans : Non classé — 30 juin, 2011 @ 5:36

Il semblerait que le voyage se soit bien passé. Chaque voyageur semble systématiquement avoir une anedcote on ne peut plus croustillante à raconter à ses amis avides de sensationnel (J’ai été pris dans une tempête ! J’étais assis à côté d’une star ! Mon vol a été retardé, puis annulé, puis j’ai pu enfin partir, puis j’ai perdu mes bagages, puis les gens sont pas gentils, puis je veux rentrer ! ). Mais là, non : vol à l’heure, place réservée avec 1m50 pour les jambes (je connais enfin le goût du luxe, et c’est délicieux ^^), voisin sympathique. Pas grand chose à dire.

Bon, évidemment, ça n’a pas été Bisounours Land tout le temps non plus : douanier aussi souriant qu’Eric Zemmour faisant la critique d’un bouquin, attente à l’immigration tellement longue que mes bagages avaient mystérieusement disparus du tapis roulant (youpie, youpie) pour en fait se retrouver déposés à terre à côté (sauf que, évidemment, j’étais de l’autre côté du truc :p), taximan-qui-dépasse-à-droite-transpire-et-parle-tout-seul : bref, que du stéréotype ! ;-)

Donc, après 12 heures bien méritées d’un sommeil montréalais fort réparateur, il est temps de partir à la conquête de la ville !

Dans le prochain article, vous saurez comment, subjugués par ma beauté et mon élégance exotique, les Québécois ont fait de moi leur nouvelle icône ! :-)

12345
 

une année au Québec en famille |
cicotours |
New-York New-York!!! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | latramamargate
| ANDRYES, LE GITE INSOLITE D...
| LE TRIO VOYAGEUR EN AUSTRALIE